Partager :

Par Franck Naga, votre naturopathe BiloBia Toulouse

Le jeûne, une cure detox avec des bienfaits s’il est fait avec justesse. Franck, votre naturopathe, vous en dit plus : comment jeûner et faire un jeûne ?

Qui dit détox efficiente dit JEÛNE !!!!!

Comment ? Jeûner ? Quel mot perturbant ! Manquer, ne pas se remplir, fatigue, danger pour la santé, stress… ! Voici les premières peurs qui nous viennent lorsqu’on  ne connaît pas les pouvoirs du jeûne et surtout lorsque l’on ne l’a jamais expérimenté. Car là est le problème ; on trouve dans tous les médias thèses et antithèses. Du coup, par principe de précaution, par désinformation, par peur face à une situation qui nous concerne et surtout par facilité, tempérance et procrastination, nous préférons pratiquer des régimes restrictifs longs, prendre des pilules naturelles ou allopathiques, c’est plus commode et plus pratique !

J’ai eu les mêmes freins au départ, même en temps que naturopathe ; mais hygiéniste dans l’âme et après avoir échangé et collecté de l’information sur le sujet, je me suis lancé mais pas n’importe comment. C’est là qu’il faut comprendre les nuances et il en existe une grande variétés ! Car un jeûne ne s’improvise surtout pas. Une nouvelle fois, nous vous mettons en garde contre les idées et les propositions que vous pourriez avoir qui placent le jeûne comme une approche de substitution. Une nouvelle fois, nous tenons à vous préciser que le jeûne apporte de réels bienfaits s’il est entrepris de façon cohérente et encadrée, informée et sûre. Rien dans l’extrême ou dans la substitution, dans la frustration ou dans la privation trop directe. Tout dans les bienfaits du corps et du mental, du plaisir, de la complémentarité, du progressif.

Les bases du jeûne

Le postulat de base est très important à entendre d’abord, puis ensuite à comprendre et à accepter, puis enfin à acter en conséquence. Mais ce n’est pas très compliqué dans la mesure où il met en relief votre bon sens et vous replace librement au centre de votre santé en tant qu’acteur de celle-ci : l’allopathie, tout comme différentes thérapies naturelles, nous abreuvent d’informations à la fois judicieuses mais aussi souvent éloignées d’une réalité puissante qui ne peut être validée qu’à travers la pratique (le pouvoir incroyable du jeûne en tant que thérapie simple, très efficace dans la plupart des cas et surtout entièrement gratuite !)

En effet, 60% de votre énergie vitale est consacrée à la digestion, ce qui veut dire que pendant que nous digérons (environ 4 heures après l’ingestion d’un repas classique, voir beaucoup plus long lorsque l’on mange de façon inadaptée à nos réelles capacités digestives), nous ne pouvons consacrer d’énergie supplémentaire à la régénération de nos fonctions organiques et de nos différents tissus. Et puisque nous mangeons tout le temps, cette opération ne se fait jamais, donc la dégénérescence programmée ne fait que s’accélérer et nous mène à ce que l’on appelle communément les maux de nos civilisations occidentales !

Thé

La capacité de notre organisme à s’auto-guérir est réelle (l’un des fondements de la naturopathie), dans la mesure où celui-ci dispose d’assez de temps et d’énergie nécessaires pour sa régénération. Le jeûne a toujours fait partie de la plupart des anciennes cultures et civilisations (en remontant à Hippocrate), en tant que moment de repos complet où l’on s’accordait le temps de se régénérer et de se purifier, tant physiquement que mentalement. Ce dernier point est important puisque le jeûne constitue bel et bien un moment à soi en conscience, dans le lâcher prise et la joie de ne plus être que seulement dépendant de nos différentes contingences matérielles et alimentaires pendant une période donnée. Lorsque nous pratiquons cette thérapie, nous jeûnons physiquement mais aussi mentalement, ce qui nous permet d’y voir plus clair mentalement et psychologiquement, de mieux discerner ce qui est important de ce qu’il est moins. Nous perdons donc beaucoup moins d’énergie et de temps à nous éparpiller dans tous les sens !

Ces différentes allégations me concerne bien évidemment en premier lieu mais aussi les dizaines de personnes amies ou que j’ai eu la chance de rencontrer en consultation, qui l’ont pratiqué avec de la curiosité, de l’envie ou par nécessité. Il existe le jeûne à visée thérapeutique (qui suppose un accompagnement nécessaire en amont, un professionnel compétent et sérieux devant obligatoirement intervenir, et bien évidemment en complément de la médecine conventionnelle, dans le cadre d’une médecine intégrative), mais en l’occurrence nous parlerons ici de jeûne à visée préventive, d’introduction ou ludique. Vous allez apprendre par votre bon sens et votre pratique à vous créer votre propre façon de jeûner pendant les vacances d’été, ou plus tard peut être quand vous vous sentirez prêts sans créer de privations conséquentes et trop directes.

Faire un jeûne ou une cure détox : comment jeûner ?

Je vous propose d’être curieux et d’essayer le protocole que je vais vous décrire, en entier ou pas. Amusez-vous simplement à découvrir comment fonctionne votre corps face à vos élans de jeûne avec le temps dont vous disposez et vos capacités du moment ! Ne faites rien dans l’extrême et la brutalité, la privation trop directe ou la frustration. Prenez simplement du plaisir, ressentez les sensations, allez-y progressivement, votre corps et votre mental vous en remercieront. La monodiète combinée vous facilitera grandement la tâche pour déshabituer votre corps de la quantité ; vous mangerez peu de l’aliment en question mais 3 à 6 fois par jour sans vous gavez d’eau non plus, 1 litre suffit en dehors des prises alimentaires.

Protocole 1 : sur 4 jours par semaine, 2 à 4 fois dans le mois.

  • 1er jour : monodiète riz complet ou semi complet thai ou basmati accompagné d’aromates frais de votre choix et de jus de citron, vous pouvez remplacer le riz par du quinoa ou de la patate douce
  • 2ème : monodiète fruit de votre choix excepté bananes et oranges (bien mâcher, et l’ananas est très bon pour ça ou un autre fruit juteux)
  • 3ème : monodiète 1 légume cru ou semi cuit de votre choix (bien mâcher) ou jus de légumes / fruits (2/3,1/3) et pas plus de 6 grand verres dans la journée
  • 4 ème : jeûne à l’eau de qualité (pas plus de 1 litre en petite prise à chaque fois)
  • à partir du 5 ème : normal mais on reprend l’alimentation en douceur, en petite quantité avec des aliments digestes

Protocole 2 : sur 7 jours par semaine, 1 à 2 fois par mois avec 1 semaine d’intervalle ou pas

  • Idem protocole 1 sur les 4 premiers jours puis après le 4 ème jour à l’eau on recommence dans l’autre sens : monodiète légumes ou jus le 5 ème jour puis monodiète fruit le 6ème et monodiète riz ou autres féculents cités le 7ème

Pas d’absolutisme là-dedans, si vous craquez un petit peu le jour du seul jour de jeûne à l’eau, ce n’est pas grave, vous êtes en train d’apprendre et tout jour effectué de monodiète ou de presque jeûne est déjà une belle victoire !

A PRENDRE EN CONSIDERATION DE FACON IMPERATIVE : SI VOUS ETES TRES FATIGUE, EN CONVALESCENCE, AVEC UNE MALADIE, ENCEINTE OU UN ENFANT, DEMANDEZ CONSEIL A UN THERAPEUTE COMPETENT ET SERIEUX AVANT D’ENTAMER UN JEUNE PUR. UN JEUNE VIENT EXCLUSIVEMENT EN COMPLEMENT DE TOUT TRAITEMENT MEDICAL EN COURS QUE VOUS POURRIEZ AVOIR ET N’ARRÊTEZ EN RIEN CELUI-CI. LE JEUNE A VISEE THERAPEUTIQUE SE POSITIONNE SUR UNE APPROCHE INTEGRATIVE = MEDECINE CONVENTIONNELLE + SANTE NATURELLE.

Et la science dans tout ça ?

Abordé de façon sûre et encadré, le jeûne apporte de réels bienfaits. Pour preuve, des études cliniques sur le jeûne en cancérologie sont actuellement en cours (non encore publiées), notamment au sein du premier centre de lutte contre le cancer en Europe, Gustave Roussy.

Certains patients suivent au sein de ce centre un protocole de jeûne 24h avant puis 24h après tout traitement de chimiothérapie. Ce jeûne permettrait de mieux supporter la chimiothérapie en réduisant certains effets secondaires.

Nous vous invitons, pour plus d’informations, à consulter le rapport suivant de l’INSERM (janvier 2014) : Le jeûne à visée préventive ou thérapeutique

Franck, votre naturopathe BiloBia Toulouse est l’auteur de cet article