Partager :

Par Stéphanie Grosieux

L’alimentation est le carburant de notre corps.
Pour notre bien-être et pour écouter les réels besoins de notre corps, quelques règles de bon sens alimentaires s’appliquent.

La naturopathie est une approche holistique de l’être humain, au même titre que la médecine chinoise ou l’ayurvéda. Elle vise à relancer ou maintenir les capacités d’auto guérison de l’organisme, la vitalité, au moyen de différentes techniques, dont l’hygiène alimentaire.

Les grands principes alimentaires à respecter pour optimiser sa santé

L’alimentation est en effet le carburant de notre corps, celui qui nous apporte l’énergie nécessaire au bon fonctionnement de l’organisme, à sa régénération, au maintien de toutes ses constantes biologiques optimales, en d’autres termes à une bonne santé.

Mais, dans notre société moderne, à l’heure de l’industrialisation, de la course contre la montre, de la pensée dogmatique, nous sommes bien souvent perdus au sujet de notre alimentation, et ne savons plus comment ni quoi manger. Nous ne mangeons plus selon les réels besoins de notre corps et pouvons, par conséquent, être carencés (autant sur le plan physique que psycho-émotionnel).

Voici donc quelques règles de bon sens (bien que peu appliquées) à adopter pour votre bien-être, au quotidien. Elles s’appliquent pour tout individu ne connaissant pas de troubles de santé. En telle situation et en la présence d’un traitement, la consultation d’un médecin s’impose. Nous vous recommandons également une séance avec un naturopathe si vous suivez une complémentation en cours.

Regles-alimentaires-sante

  • La première et la plus importante selon moi est tout simplement d’écouter votre corps, c’est-à-dire de manger à votre faim, lorsque vous ressentez la faim, et de vous arrêter lorsque vous vous sentez rassasié. Il ne vous viendrait pas à l’esprit de remettre du carburant dans une voiture dont le réservoir est déjà plein, n’est-ce-pas ? De plus, votre corps sait exactement ce dont il a besoin, qualité et quantité. Un exemple, lors de ses menstruations, une femme peut avoir soudainement envie de manger de la viande, ou bien des lentilles. Ceci est un message de son organisme ayant besoin de fer.
  • Prenez également un réel temps de pause dédié à votre repas: asseyez-vous à une table, préférablement au calme, sans télévision, radio, téléphone ou autre, respirez et prenez le temps de bien mâcher chaque bouchée afin d’en-saliver les aliments. La digestion commence dans la bouche, dans votre palais des saveurs !
  • Et justement, afin d’optimiser votre digestion, il est important d’avoir suffisamment d’enzymes digestives. Pour ce faire débutez votre repas avec un petit bol de crudités. Non seulement celles-ci sont riches en nutriments, mais aussi en enzymes. La part d’aliments crus/cuits est environ de 30 et 70% en hiver, et 50/50 en été.
  • Afin de ne pas diluer les sucs digestifs et ralentir votre digestion, il est recommandé de ne pas boire pendant le repas, mais avant, et entre les repas. Vous pouvez bien sûr vous humidifier la bouche avec un peu d’eau si nécessaire, mais évitez de boire en grosses quantités. La qualité de l’eau de boisson est également importante. Buvez si possible de l’eau filtrée, osmosée, dynamisée, ou eau de source.
  • Les fruits en fin de repas peuvent être difficiles à digérer pour certaines personnes. Préférez les consommer en encas afin de bénéficier de tous leurs bienfaits. Le ratio légumes/fruits est de 3 pour 1, c’est-à-dire que la quantité de légumes que vous consommez doit être supérieure à la quantité de fruits.
  • Veillez à apporter à votre organisme tous les nutriments dont il a besoin chaque jour : glucides (céréales, légumes, fruits, légumineuses), protéines (légumineuses, poissons, volailles, viandes), lipides (huiles végétales, oléagineux). Pour ces derniers, privilégiez les sources d’omégas 3 (huiles de colza, lin, noix, cameline, soja, poissons gras, noix de macadamia…).
  • L’équilibre acido basique est également important. Globalement, consommez les légumes en quantité (surtout verts), afin de tamponner l’effet acidifiant des céréales et protéines.
  • Enfin, évidemment, évitez tout aliment industriel, transformé, et donc sans aucune valeur nutritive, tels que les plats préparés, le sucre blanc, les farines, pains, et céréales blancs, les bonbons et pâtisseries riches en sucres et acides gras trans. Privilégiez au maximum les aliments biologiques, frais, de saison, locaux, et le fait maison.

Ces conseils sont valables pour une grande majorité de personnes. Cependant, lorsqu’un déséquilibre apparaît, il peut être utile de réajuster et d’avantage personnaliser l’alimentation. Une séance avec un naturopathe peut alors vous aider.

Stéphanie Grosieux est l’auteur de cet article

Stéphanie Grosieux, naturopathe BiloBia à Montpellier