Partager :

Par Marjorie Gobbini, diététicienne bio BiloBia

L’ayurveda, on l’entend partout. Qu’est-ce que c’est ?
Zoom sur les origines, les grands principes et l’alimentation

INSCRIVEZ-VOUS A NOTRE NEWSLETTER

Depuis quelques années, nous entendons de plus en plus parler de l’ayurveda. Les massages ayurvédiques ont pris le pas sur la multitude de techniques corporelles traditionnelles et on parle aussi de cuisine ayurvédique. Mais qu’en est-il ? Qu’est-ce que l’ayurveda, une science ? Une médecine ? Une manière de cuisiner ?

Ayurveda, une approche complémentaire à la naturopathie

Origines et définitions

Née il y a 5000 ans, l’ayurveda est un système de médecine et de diététique le plus vaste et le plus complet existant aujourd’hui, au même titre que la médecine chinoise ; elle a été l’un des piliers des différentes médecines actuelles. Littéralement, science de la longévité, son objectif est de proposer une médecine et une diététique qui aident l’individu à se comprendre, à connaître sa constitution et à prendre conscience de la manière dont il est influencé par la nature. C’est une approche holistique (qui prend en considération au même titre corps et esprit) qui cherche à identifier et soigner la cause et non couvrir des symptômes par une médication. Comme toutes les médecines asiatiques, l’idée est d’agir en prévention et non de manière curative ; c’est davantage une manière de vivre sa vie que de la contrôler, parfaitement complémentaire à la naturopathie. L’ayurveda a pour but de retrouver une harmonie globale de l’être dans ses trois dimensions : physique, mentale et spirituelle.

Les principes de l’ayurveda

Par observation de l’univers, on peut voir que celui-ci est composé de 4 éléments : l’Air, le Feu, l’Eau, la Terre et un 5ème qui est l’Ether, composante de l’espace dans lequel se trouvent tous les autres éléments. Ces derniers s’assemblent de la même manière aussi bien dans l’univers que dans toute créature qui le compose. Ces 5 éléments s’unissent donc pour créer 3 types de constitutions fondamentaux, appelés Doshas. Ce sont les types Vata, Pitta et Kapha. Si l’Air et l’Ether prédominent dans votre constitution, vous êtes de nature Vata. Si le Feu et l’Eau prennent le commandement dans votre physique, le résultat est Pitta. Si l’Eau et la Terre prennent l’ascendant sur votre corps à la naissance, votre constitution est Kapha. Ainsi, chaque personne est légèrement différente de toutes les autres par le mélange des éléments et la façon dont ils s’équilibrent.

Les doshas se modifient constamment et sont en équilibre permanent les uns par rapport aux autres. Leur déséquilibre a pour conséquence troubles physiques et psychologiques. Le thérapeute ayurvédique cherche alors à rééquilibrer les doshas. Il parle de réduire, de calmer, de renforcer ou encore de l’aggravation de tel ou tel doshas.

La théorie des 3 doshas permet à l’ayurveda de détenir une méthode permettant la compréhension de chaque individu. La justesse à mes yeux, dans cette approche, notion que nous n’avons pas encore abordée jusque-là et qui me semble essentielle à toute diététique, c’est le fait que chaque individu est unique. Chaque personne a son propre rythme, son propre métabolisme, sa propre façon de réagir à tel ou tel aliment… Ce qui aide une personne n’aidera pas nécessairement une autre. La clé de ce système, c’est l’idée que notre santé et notre constitution sont affectées par ce que nous mangeons. En ayurveda, la nourriture et les actions sont les bases de la guérison. Si nous mangeons et nous nous comportons d’une façon qui aide notre constitution et notre environnement, nous et notre environnement pourrons rester propre, clair et en bonne santé. Car nous ne sommes pas séparés de notre environnement, nous en sommes une partie et il se manifeste en nous.

Chaque individu a une constitution de naissance, le Prakriti, qui le prédispose dans sa manière fondamentale d’interagir avec son environnement. Son métabolisme, sa digestion, ses traits physiques et mentaux sont caractérisés par ce Prakriti. Il ne change jamais au cours d’une vie et peut-être constitué d’un ou plusieurs doshas.

Les doshas peuvent être perturbés par notre hygiène de vie (stress, relations aux autres, à nous-même), notre alimentation (diététique inadaptée), nos émotions… Ainsi, nous pouvons adopter des comportements qui vont à l’encontre des lois de la nature, de notre nature, ce qui crée un déséquilibre de nos trois humeurs, nos doshas.

Cet état est appelé Vikriti. L’ayurveda va donc aider à identifier, prévenir et corriger ces dérèglements momentanés des 3 doshas (Vikriti) tout en respectant le terrain (Prakriti).

Nous sommes donc tous composés de ces 3 humeurs avec une plus dominante que les autres, qui contrôle notre fonction métabolique. Mais les 3 sont en jeu constant les uns par rapport aux autres. C’est précisément l’équilibre de cette interaction qui détermine le niveau de santé.

Et la cuisine dans tout ça !?

Il est parfois utilisé le terme de cuisine ayurvédique, mais je préfère parler de diététique Ayurvédique. En effet, la cuisine se confectionne telle une médecine, dans un but de prévenir les pathologies, de garder l’équilibre en fonction de son dosha. Ainsi, les ingrédients qui vont constituer un repas vont être choisis en fonction des doshas de la personne qui va être nourrie. Si je sais que je suis actuellement en Vikriti Vata, je vais éviter de manger des haricots car Vata ayant pour spécificité une digestion assez variable, le fait de manger des haricots va augmenter mon Vata. Même si je n’ai pas de problème particulier de santé, que je me sens assez équilibrée en ce moment, et que mon Prakriti est Kapha, je vais faire attention à ne pas manger trop de produits laitiers car ces derniers forment des mucus et que Kapha a une digestion très lente, ce qui va produire un excès de Kapha.

L’utilisation du mot cuisine ayurvédique est certainement liée au fait qu’il existe des ingrédients incontournables, que l’on retrouve dans toute confection. On utilise du ghee ou ghî, beurre clarifié, qui une fois fondu est débarrassé de sa caséine et de son petit lait. Il a par conséquent l’avantage de pouvoir monter en température sans brûler contrairement au beurre. Il est utilisé pour faire torréfier les épices (ça s’appelle le vaghar) avant d’y faire sauter des légumes. Mais aussi pour soigner et en massages. Ensuite, on utilise beaucoup d’épices en mélange, qui sont pour l’ayurveda d’une extrême importance dans le processus de digestion, pour les soins aussi. Ils vont être utilisés, tout comme la nourriture, en fonction des doshas de la personne. Chaque plat est aussi élaboré avec une base d’ail et gingembre mixés qui est ajouté au vaghar avant les légumes.

L’ayurveda préconise une alimentation végétarienne qui allège  le corps (il faut 72 heures à l’organisme pour digérer de la viande et 12/15 heures pour des légumes, 6 heures pour des fruits). Seule la viande est utilisée pour les personnes affaiblies ou convalescentes, et ce en petite quantité afin de lui redonner de l’énergie, sans trop accumuler de toxines. Pour l’ayurveda, la consommation de viande perturbe le mental, car nous mangeons un animal mort…

La nutrition ayurvédique comprend quelques grands principes, qui rejoignent l’esprit du manger sain, bio, que nous avons déjà abordé :

– La nourriture doit être goûteuse et facile à digérer,

– La nourriture doit être mangée dans des proportions correctes (ni trop, ni trop peu),

– Elle doit être ingérée dans un estomac vide, quand le dernier repas a été digéré et pas avant,

Les aliments doivent travailler ensemble et non pas avoir une action contradictoire les uns avec les autres,

– Les aliments doivent être mangés dans un environnement plaisant avec l’équipement adapté pour les apprécier,

Manger ne peut pas se faire dans la précipitation,

– Manger ne doit pas vous arracher à vos affaires non plus,

– Il est bon de se concentrer sur ce que vous mangez pendant le repas,

– Ne mangez que des aliments nourrissants pour votre constitution propre et qui conviennent à votre tempérament mental et émotionnel.

L’ayurveda est une science passionnante et sans fin ! N’hésitez pas à vous pencher dessus, à trouver votre constitution, à faire des essais diététiques. Vous le constaterez par vous-même, les résultats sont bluffants, autant physiquement que mentalement !

INSCRIVEZ-VOUS A NOTRE NEWSLETTER

Marjorie, diététicienne bio BiloBia, est l’auteur de cet article

Coach diététicienne. Sans gluten, sans lactose. Cuisine saine et bio. Végétarien. Marjorie Gobbini