Partager :

Par Marion Mourrin

Une forte concentration d’actifs, des propriétés bénéfiques pour l’organisme, différents modes de consommation. Tour d’horizon de cette céréale riche et complète.

INSCRIVEZ-VOUS A NOTRE NEWSLETTER

Les vertus de l’épeautre

Largement vanté par Hildegarde de Bingen, qui le considérait comme la reine des céréales, l’épeautre présente de nombreux bénéfices pour la santé. On le qualifie souvent comme l’ancêtre du blé. Il était déjà cultivé dans l’Egypte antique et constituait la base de l’alimentation des pays latins.

Complète en nutriments, riche en goût, cette céréale a toute sa place dans nos assiettes. A découvrir ou à redécouvrir pour faire du bien à son corps et à son esprit !

L’épeautre, une panacée

Les récentes études scientifiques concernant l’épeautre confirment l’inspiration d’Hildegarde de Bingen.

Il s’agit d’une céréale très intéressante pour la santé car elle est complète. Elle renferme tous les minéraux et les oligo-éléments (environ 400) pour fabriquer les os et les articulations.

De nombreux autres minéraux complètent cette concentration d’actifs : fer, phosphate et magnésium (de 10 à 15 fois plus que le blé !) ainsi que vitamines (A, B1, B2, B6, D, E).

L’épeautre participe aussi à épurer le sang de ses toxines, et réguler le poids. Riche en triptophane, précurseur de la sérotonine, c’est aussi un allié pour cultiver la joie et la bonne-humeur. A son sujet, la moniale allemande affirmait qu’« il donne un esprit joyeux et met de l’allégresse dans l’esprit de l’homme ».

L’épeautre et les intestins

L’épeautre s’avère très digeste. Il est à la fois nourrissant et équilibrant pour le transit, en guérissant les intestins inflammés et malades.

A noter que le grand épeautre, de son nom latin triticum spelta var (oberkulmer, grand épeautre non hybridé), est distinct du petit épeautre : triticum monocum. Malheureusement, aujourd’hui la plupart de l’épeautre est hybridé. On trouve cependant de l’épeautre non trafiqué chez le Grenier d’épeautre, les jardins d’Hildegarde ou la Ferme Bel Air.

L’épeautre contient certes du gluten, mais étant non hybridé, il n’est pas allergisant. Les personnes sensibles au gluten peuvent en consommer avec modération.

Comment consommer l’épeautre ?

On peut consommer l’épeautre sous différentes formes.

Les grains d’épeautre sont à faire cuire dans de l’eau. Porter l’eau à ébullition puis laisser reposer 30 minutes dans l’eau avant de servir à table.

En flocons, on peut le consommer au petit-déjeuner avec un lait végétal de préférence. Ou bien lors des repas, dans une soupe de légumes. On trouve de plus en plus du pain d’épeautre, dans ce cas il est souvent associé à du blé. On en trouve également sous forme de pâtes ou de semoule.

Son grain est très soluble et lui permet de devenir tendre à la cuisson. Cela a pour bénéfice de favoriser son assimilation intestinale et permet aux enfants, aux personnes âgées et aux malades de profiter de ses vertus.

« Si quelqu’un est affaibli par la maladie qu’il n’ait même plus la force de mâcher, prenez simplement des grains d’épeautre entiers et faite les (bien) cuire dans de l’eau ; ajoutez-y du beurre ou un jaune d’œuf (et une pincée de sel) pour en relever un peu la saveur, de sorte que le patient en mange plus volontiers. Donnez-en alors au malade et cela le guérira de l’intérieur, tel un baume salutaire et bienfaisant »

Non seulement il est intéressant pour la santé de l’homme mais il participe à une meilleure santé de la Terre. Sa culture ne nécessite en effet que très peu d’eau et il n’a pas besoin d’engrais chimiques ni de pesticides.

Avec l’épeautre, tout le monde est content !

INSCRIVEZ-VOUS A NOTRE NEWSLETTER

Marion Mourrin est l’auteur de cet article

Naturopathe Paris Marion Mourrin