Partager :

Par Marion Mourrin

Comment se (re)connecter à la gratitude avec autrui et dans sa vie ?
Quel rituel mettre en place ?

INSCRIVEZ-VOUS A NOTRE NEWSLETTER

Remercier le soleil parce qu’aujourd’hui il fait beau, remercier un(e) ami(e) pour le moment qu’on a passé ensemble ou encore notre mère parce qu’elle nous rappelle de faire quelque chose qu’on avait oublié… Le remerciement, ou la gratitude comme art de vivre.

La gratitude, un art de vivre.

Se (re)connecter à la gratitude, avec autrui et dans sa vie

Avec nos vies pleines de stress, la gratitude passe souvent à la trappe dans nos journées. Bien sûr, on reste poli, on dit merci à la dame, mais cela reste très – trop -souvent machinal. Tandis qu’un merci profond, un sourire plein de gratitude, ce n’est pas si commun et les bienfaits en sont décuplés, autant pour celui(celle) qui le donne que pour celui(celle) qui le reçoit. Remémorez-vous, après une action ou une parole reconnaissante, comme on se sent plus léger, plus optimiste. On a tous fait l’expérience de voir s’émerveiller un enfant en lui donnant quelque chose qu’il attendait. Au final, la joie que nous apporte la gratitude dans les yeux scintillant de cet enfant, c’est juste formidable, féérique. Gardons à l’esprit que la gratitude peut illuminer notre vie et celle des autres.

La gratitude existe dès que l’on ouvre les yeux. En étant attentif à notre environnement, en agissant en conscience, on se rend alors compte de tout qui nous a été et de ce qui nous est donné. Etre reconnaissant de ce que nous sommes, de ce que nous avons, de ce que nous faisons, et des évènements qui nous arrivent. Car dans tout ce qu’il nous arrive, il y a un enseignement à retirer. Envisager les évènements comme des opportunités, en aucun cas comme une source d’ennuis, même si ceux-ci peuvent nous paraitre injustes. Opportunités d’apprendre, de s’améliorer, de laisser de côté quelque chose ou quelqu’un qui ne nous correspond pas. Et surtout se libérer de nos souffrances, de nos croyances, de notre zone de confort et de créer une réalité avec plus de bonheur et d’harmonie.

Car…

… Tout ce qui arrive est juste et parfait !

Je me souviens de l’histoire de cette personne. Quelques mois après son licenciement, elle disait qu’au final, cet évènement avait été pour elle une vraie chance. Elle avait pu créer une activité qui lui plaisait vraiment, en accord avec elle-même et dans laquelle elle peut aujourd’hui s’épanouir. Nous pouvons nous aussi trouver de bonnes raisons pour justifier nos expériences et les colorer de pastels. Parfois un peu temps est nécessaire, mais il fait toujours son œuvre.

RECEVEZ GRATUITEMENT LA REVUE

Et si on mettait en place un petit rituel de gratitude ?

Florence Servan-Schreiber a inventé un petit rituel que j’aime beaucoup et qu’elle recommande de faire chaque soir.

Elle l’a nommé les 3 kifs par jour. L’idée, toute simple, est de scruter sa journée et de repérer au moins trois raisons pour lesquelles on a envie de dire merci. On peut partager avec son conjoint ou ses enfants ce petit rituel pour instaurer une meilleure atmosphère à la maison. On peut aussi tenir un journal de gratitude. Pour cela, il est important d’être régulier. Le relire quelques temps après est un pur bonheur. Il nous incite encore plus à continuer l’exercice et nous remet dans une énergie de reconnaissance. Magique !

Préférez-vous donner quelque chose à quelqu’un qui trouve cela normal ou à quelqu’un qui sait reconnaître ce que cela représente et qui est dans la gratitude ? On se rend compte facilement que ce sont les personnes qui sont le plus dans la gratitude à qui l’on est le plus enclin de donner.

Partager ces petits moments nous permet de nous relier davantage à notre humanité, et attirer à nous l’abondance, car c’est une des lois de l’univers :  c’est en donnant que l’on reçoit.

Gratitudement votre !

INSCRIVEZ-VOUS A NOTRE NEWSLETTER

Marion Mourrin est l’auteur de cet article

Naturopathe Paris Marion Mourrin