Partager :

Par Marjorie Gobbini

Qu’est-ce que c’est ? Quelle est la journée type ?
Quels aliments à privilégier et à éviter ?

INSCRIVEZ-VOUS A NOTRE NEWSLETTER

Depuis bien longtemps, je m’intéresse à la diététique. Domaine que j’ai souhaité approfondir en obtenant également, il y a quelques années, un diplôme en diététique Ayurvédique. Au fil du temps et des expériences, le constat reste le même : au vu de la diversité des manières de s’alimenter, quelle diététique est la bonne pour moi ? J’avoue revenir souvent à l’Ayurvéda qui ne s’appuie pas sur une seule méthode mais un « régime » fait en fonction de nos doshas. Autant dire que le nombre de régimes dans ce cas-là est important car nous sommes tous si différents. Quoi qu’il en soit, il est difficile de trouver le bon pour soi ! J’ai très souvent des retours allant dans ce sens.

Je vais vous parler aujourd’hui de la chrononutrition. Je trouve le fond très intéressant : se nourrir, non pas en arrêtant tel ou tel aliment, mais en mangeant tout ce que nous souhaitons, aux heures qui leur correspondent. Passionnant, vous allez voir !

Chrononutrition

Qu’est-ce que c’est ?

La chrononutrition est une méthode qui a été élaborée en 1986 par le Dr Alain Delabos.  L’idée est de consommer tous les aliments habituellement interdits par les régimes classiques, au bon moment de la journée. Cela permet aux principes essentiels de parvenir jusqu’à leur site d’action cellulaire alors que le même aliment, consommé à un mauvais moment, s’orientera vers une voie de stockage.

Un régime ?

En faisant des recherches sur le sujet, vous pourrez voir que la chrononutrition est souvent apparentée à un régime. En effet, si l’on suit à la lettre la méthode, il semblerait que nous perdions tous nos kilos superflus. D’autant plus, sans vraiment se priver ! Mais c’est bel et bien une méthode, plus précisément une réorganisation de notre alimentation en fonction de notre horloge biologique interne. C’est une manière de s’alimenter ajustée à notre fonctionnement interne qui permet de bien diriger nos apports.

D’après son créateur, l’Homme, pour manger de nos jours, se fie plus à ses désirs, à ses goûts qu’à ses besoins réels. Avec cette nourriture facile d’accès, il met en avant le fait que nous nous sommes éloignés de nos instincts mais aussi à cause de notre quotidien et de son lot d’obligations, tant professionnelles que sociales. Notre alimentation ne respecte plus la chronobiologie de nos corps…  Cela a pour conséquence des erreurs nutritionnelles et donc des prises de poids plus ou moins importantes.

Le fondement de la chrononutrition est en lien avec les sécrétions hormonales et enzymatiques de notre corps qui varient selon l’heure de la journée. Selon le Dr Delabos, notre corps a besoin de gras et de protéines le matin. C’est précisément à ce moment-là que la sécrétion des lipases et protéases est importante. Le midi, on vise la densité en axant le repas sur des protéines et des glucides lents car protéases et amylases sont largement sécrétées à cet instant. Dans l’après-midi, il peut nous arriver d’être en hypoglycémie car c’est le moment du pic cortisol sanguin. Il est donc important de manger du sucré pour le goûter. Le soir, les sécrétions digestives sont faibles donc il préconise un repas plutôt léger, voir facultatif.

Notre corps a besoin de gras et de protéines le matin. C’est précisément à ce moment-là que la sécrétion des lipases et protéases est importante. Le midi, on vise la densité en axant le repas sur des protéines et des glucides lents car protéases et amylases sont largement sécrétées à cet instant. Dans l’après-midi, il peut nous arriver d’être en hypoglycémie car c’est le moment du pic cortisol sanguin. Il est donc important de manger du sucré pour le goûter. Le soir, les sécrétions digestives sont faibles donc il préconise un repas plutôt léger, voir facultatif.

RECEVEZ GRATUITEMENT LA REVUE

Chrononutrition : votre journée type

Il n’y a pas vraiment d’heures fixes pour manger, l’important est plutôt le moment. Ainsi, prenez votre petit déjeuner dans l’heure où vous vous levez. Déjeunez 5 heures après. 5 heures de plus et vous pouvez goûter (ce qui peut faire office de dîner). Le dîner, s’il est prit, se fera 1h30 au moins après le goûter ou 1h30 maximum avant le coucher.

Le petit déjeuner

Un bon pain de campagne demi-complet ou complet + beurre (doux ou demi-sel ou huile d’olive) +  œuf (ou charcuterie très rarement) ou fromage (privilégiez chèvre et brebis) + boisson de votre choix.

Oubliez donc votre bol de céréales au lait ou votre pain confiture, qui par leur importante quantité en sucres rapides provoque le fameux coup de pompe de 11heures. En prenant ce type de petit déjeuner, vous n’aurez pas faim avant votre repas du midi.

Le déjeuner

Une protéine (viande blanche, rouge ou poisson) et des féculents (riz, pâtes, pomme de terre ou légumes si vous le souhaitez).

L’important ici, comme nous l’avons déjà évoqué plus haut, est de manger dense avec un plat unique. Pas d’entrée, ni de dessert, ni de fromage, ni de boisson (sauf eau en petite quantité car elle dilue les  enzymes digestives). Ainsi, vous n’aurez aucun problème de somnolence ou lourdeur durant l’après-midi, comme on le vit souvent.

Le goûter

Une portion de gras végétal : noix diverses, chocolat noir et une portion de sucre de fruits (fruits frais ou secs ou 2 verres de jus de fruits ou compote de fruits).

L’idée est de manger sucré. Allez-y, profitez-en ! Ce repas permet de bien se ravitailler au bon moment et d’éviter que le repas du soir soit trop important car stocké pour la nuit. On y mangera aucune graisses animales (yaourt, beurre, fromages, viennoiseries, biscuits, crèmes…).

Le dîner

La règle d’or : peu de glucides et de lipides car on les métabolise peu. Poisson ou fruits de mer à volonté si on le souhaite + légumes crus et/ou cuits.

Ce repas doit être léger, il est même facultatif ! Sa légèreté permet un bon sommeil et une faim bien adaptée au petit déjeuner !

Prenez votre petit déjeuner dans l’heure où vous vous levez. Déjeunez 5 heures après. 5 heures de plus et vous pouvez goûter (ce qui peut faire office de dîner). Le dîner, s’il est prit, se fera 1h30 au moins après le goûter ou 1h30 maximum avant le coucher.

Vous aimerez lire aussi : La crusine, la cuisine crue

Quels aliments ?

Les aliments autorisés

La part belle est faite aux :

– volailles, viandes, charcuteries, poissons, œufs,

– fromages, crèmes, beurre,

– pain et féculents en petite quantité,

– oléagineux,

– fruits,

– légumes en petite quantité.

Les aliments à éviter

– laitages autres que fromage, beurre et crème,

–  soupes et potages,

– sauces sucrées,

– produits allégés.

Alimentation joker !

Il peut être difficile de suivre cette méthode au quotidien, mais il est important de tenter de la préserver si vous souhaitez perdre du poids ou l’ajuster. Cependant, le Dr Delabos propose deux jokers par semaine. C’est-à-dire 2 repas sans réfléchir, avec ce dont vous avez envie profondément, où tout vous est permis !

Conclusion

Comme toute méthode, tout régime, on trouve des avantages et des inconvénients à la chrononutrition. Ici, on peut voir que les gras et les protéines sont tout de même conseillés en grande quantité. On sait combien leur consommation peut avoir des conséquences néfastes sur notre santé. On peut aussi voir que cette méthode ne semble pas très adaptée aux végétariens ! Mais il serait possible et intéressant de tenter une adaptation. A vous de tester, de vous écouter et d’alterner entre la liste des aliments qui vous est donnée et celle des aliments que vous consommez au quotidien.

J’ai pu entendre des avis négatifs envers cette méthode, mais il semblerait que le dénominateur commun de ces commentaires soit lié au fait que ces personnes aient utilisées la méthode comme un régime. En l’abordant de manière assez stricte, avec des horaires et des quantités bien définies… Soyez vigilant à votre ressenti, à vos envies… La privation provoque indéniablement de la frustration, donc l’apparition de grosses faims difficilement maîtrisables…

Gardez à l’idée les principes de base : gras le matin, protéiné le midi, sucré l’après-midi et très léger le soir, voir pas de repas.

Surtout, n’utilisez pas de produits raffinés et industrialisés. Ooptez toujours pour la qualité !

Gras le matin, protéiné le midi, sucré l’après-midi et très léger le soir, voir pas de repas.

INSCRIVEZ-VOUS A NOTRE NEWSLETTER

Marjorie Gobbini est l’auteur de cet article