Partager :

Par Stéphanie Grosieux

Pourquoi méditer ? Comment débuter la méditation ?
Quelles pistes pour un état de pleine conscience ?

INSCRIVEZ-VOUS A NOTRE NEWSLETTER

Comment s’initier à la méditation pleine conscience et l’intégrer facilement dans son quotidien ?

Pourquoi méditer ? Pourquoi une méditation pleine conscience ?

Tout d’abord, qu’entendons-nous par « pleine conscience » ?

C’est un état qui permet d’être dans l’accueil de ce que nous vivons ici et maintenant, sans interprétations ni jugements, sans faire intervenir le mental. C’est être réceptif à ce qui est, que ce soit des sensations physiques, des émotions, des pensées, sans chercher à les modifier. C’est accepter de ressentir, d’éprouver, sans vouloir contrôler, nier ou rejeter.

Cet état d’accueil, de réceptivité, d’acceptation, amène à être davantage dans l’instant présent, dans notre corps, à apaiser le flot de pensées, et donc également à gérer les émotions. La pleine conscience apprend progressivement à lâcher prise, à être plus serein, en pleine possession de toutes nos capacités. Elle permet de se détacher des interprétations du mental pour être plus objectif. Elle développe également la créativité, l’inspiration, en diminuant les ruminations. Elle laisse par conséquent place à l’émergence de nouvelles idées, solutions, compréhensions…

Notre précédent article : les soins énergétiques

Comment débuter la méditation ?

Vous avez décidé de vous mettre à la méditation pleine conscience et de prendre votre bien-être en mains ? Bravo !

Mais vous vous demandez par quoi commencer ? Comment ? Où ? Combien de temps, etc… ?

Dans un premier temps, ne vous fixez pas d’objectif trop élevé, notamment concernant la durée, sous peine d’abandonner rapidement. Si vous débutez dans la méditation, commencez par 1 minute, voyez ce qu’il se passe, puis au bout de quelques jours passez à 2 minutes, puis 3, puis 4, etc… Accordez-vous ce temps en veillant à rester à l’aise dans votre pratique. Il faut que celle-ci reste un moment agréable et de plaisir.

Vous pouvez vous asseoir dans la position qui vous conviendra (par terre, sur une chaise, en lotus, jambes tendues, …), avoir les yeux fermés, semi-ouverts ou ouverts. Le principal étant d’être confortable. Trouvez vraiment ce qui vous correspond.

Mais il est également possible (c’est même l’objectif) d’intégrer cet état de pleine conscience dans votre vie quotidienne, à chaque instant. Par exemple, lorsque vous mangez, prenez votre douche, marchez, faites du sport, lisez, écoutez de la musique, conduisez, discutez, … Cet état d’être n’est pas seulement lors d’une méditation pleine conscience, mais aussi dans les actes de notre vie quotidienne.

Plus aucune excuse pour ne pas pratiquer !

RECEVEZ GRATUITEMENT LA REVUE

Quelques pistes pour un état de pleine conscience

meditation-pleine-conscience

Vous avez compris que la pleine conscience est un état d’accueil et de non jugement de nos ressentis, de nos pensées, de nos émotions.

Mais alors, sur quoi amener notre conscience, lors d’une méditation pleine conscience par exemple ? Plusieurs possibilités, cumulables progressivement les unes avec les autres :

  • Se concentrer sur sa respiration : observation des rythmes inspiration/expiration ; ressenti de l’air qui traverse les narines, de son trajet dans la trachée jusqu’aux bronches ; les mouvements du thorax, de l’abdomen, du dos et des épaules ; l’amplitude, la vitesse, …
  • Se concentrer sur son corps : ressenti des appuis, les contours, toutes les sensations internes (battements du cœur, mouvements des organes digestifs…).
  • Se concentrer sur les sens : > L’ouïe : écouter les bruits qu’ils soient internes (physiologiques) ou externes, proches, et de plus en plus lointains. > Les sensations tactiles : ressentir la température de l’air, le vent sur la peau, dans les cheveux, le contact des vêtements, la peau en contact avec le textile d’un fauteuil, le bois d’une chaise, la sensation de l’eau lorsque vous prenez votre douche, … > L’odorat : sentir toutes les odeurs, les parfums (de notre peau, ceux des personnes qui nous entourent, la nature, les aliments que vous mangez…). > Le goût : lorsque vous mangez, prenez le temps de ressentir toutes les saveurs grâce aux différentes cellules gustatives réparties dans votre bouche. Commencez même par ressentir le goût de votre salive, de votre langue, … > La vue : observez minutieusement tout ce sur quoi vos yeux se posent (formes, couleurs, luminosité, tailles…).
  • Observer simplement ses pensées, et les laisser passer tels des nuages, sans s’y accrocher, sans les juger.
  • Observer son état émotionnel : en observant les différentes sensations physiologiques (sensation de gorge serrée, nœud au ventre, poitrine oppressée, accélération du rythme cardiaque, modification de la respiration, « papillons dans le ventre », énergie plus élevée ou plus basse, respiration modifiée, …), toujours sans chercher à interpréter, à juger, à comprendre, ou à modifier.

Ces quelques pistes peuvent facilement être appliquées dans votre quotidien. Si vous avez néanmoins besoin d’aide pour débuter votre méditation pleine conscience, n’hésitez pas à vous faire accompagner par un professionnel de santé ayant une spécialité en méditation (DIU, DU) ou une orientation naturelle en général, ou bien encore par un thérapeute spécialisé dans la pleine conscience.

INSCRIVEZ-VOUS A NOTRE NEWSLETTER

Stéphanie Grosieux est l’auteur de cet article

naturopathe-montpellier-stephanie-grosieux-visage