Partager :

Par Marjorie Gobbini

Définition et origine.
Une vision à compléter par une prise en charge globale.
Quelques règles nutritionnelles.

INSCRIVEZ-VOUS A NOTRE NEWSLETTER

Pour ce nouvel article, je me suis dis qu’il était intéressant d’écrire sur le régime méditerranéen. Ce régime fort connu, appelé aussi régime crétois, est synonyme de bonne santé ! Cela nous permet également, en cette période automnale, de faire perdurer en quelque sorte la saison d’’été…

(Re)lisez notre précédent article : l’équilibre acido-basique

Au milieu d’une littérature culinaire foisonnante hyper positive concernant notre sujet, j’aimerais en préambule vous faire part d’un article fort intéressant que j’ai pu trouver ! Ce dernier, contrairement aux autres, se concentre particulièrement sur l’histoire de la conception du régime méditerranéen. Il montre, malgré ses bienfaits avérés, combien cet idéal alimentaire est finalement un concept construit qui s’est développé en une panacée !

Pour comprendre ce mythe que nous allons décortiquer, il nous faut en premier lieu aller visiter les origines de la naissance du régime méditerranéen et comprendre les définitions qui en ont découlé.

Nous ferons aussi naturellement un état des lieux concret concernant ses bienfaits, afin d’en sous-tirer la substantifique moelle !

Le régime méditerranéen, ou régime crétois

Définition et origine du régime méditerranéen

Régime méditerranéen“, “Diète, cuisine, alimentation méditerranéenne” ou “Régime crétois“, la terminologie est variée. Il semblerait que le concept soit un peu fourre tout !

Mais que se cache-t-il derrière ce fameux régime ?

Petit retour dans l’histoire. En 1947, l’Américain physiologiste Ancel Keys effectue une étude épidémiologique, appelée “L’étude des 7 pays“, qui mesure le rapport entre régime alimentaire et santé. Dans ces 7 pays de la méditerranée, se trouvait la Grèce et plus spécifiquement la Crète. Des résultats édifiants ont été trouvés concernant les maladies cardio-vasculaires, quasi absentes dans la population crétoise, et un taux de mortalité très bas. Très rapidement, le docteur Keys et sa femme écrivent un livre de recettes (“Eat well, stay well”) sur les vertus du régime méditerranéen. A partir de là, ce dernier connait un essor notable et est rapidement considéré comme le régime préventif des maladies coronarienne et des cancers.

On peut voir que l’étude du régime crétois a amené la construction théorique du régime méditerranéen (ce qui fait qu’ils sont très souvent confondus ou utilisés l’un pour l’autre). Ce régime méditerranéen est donc davantage un terme générique du régime alimentaire des populations du pourtour méditerranéen.

RECEVEZ GRATUITEMENT LA REVUE

Le régime crétois doit s’inscrire dans une prise en charge globale, pour un mode de vie sain

Lors de son étude, le docteur Keys a découvert qu’à travers une faible consommation de produits animaux et un régime basé sur des céréales, fruits, légumes et olives, les crétois vivaient en bonne santé et longtemps. Il a identifié que cette population, contrairement aux autres concernées par son étude, était plus préservée des maladies de société (telles que les cancers, le diabète, la dépression, la maladie d’Alzheimer, etc….

Quelques dates :

  • depuis 2010, la diète “méditerranéenne” est inscrite au patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’Unesco, en tant qu’ensemble de savoir-faire, de connaissances, de pratiques et de
  • en 1995, une pyramide du régime méditerranéen est élaborée, proposant ainsi un modèle d’alimentation quasi universel.
  • en 2013, une étude vient confirmer que le régime serait le “gold standard” en terme de prévention cardio-vasculaire.

pyramide-regime-mediterraneen

Tout porte donc à penser que ce fameux régime méditerranéen est le régime universel à adopter par toutes et tous ! Cependant, il s’avère que certains éléments ont été omis lors de la mise au jour de ce régime.

En effet, les bienfaits mis en évidence dans cette étude concernent seulement l’alimentation à proprement parlé. Le mode de vie crétois des années 50, dans sa globalité, ne semble pas avoir été intégré à l’étude.

Vous aimerez aussi lire : la chrononutrition, l’alimentation au bon moment de la journée

Concernant ces pratiques alimentaires, il faut aussi se rappeler que nous sommes au sortir de la seconde guerre mondiale, d’où une alimentation très pauvre. Des études de l’époque montrent en effet en parallèle que ce sobre régime était donc plutôt une conséquence liée à cette pauvreté, telle une frugalité de nécessité, plutôt qu’une alimentation choisie. Certains se plaignaient même de la faim permanente et du manque de viandes…

Un autre détail fort intéressant est que les crétois observaient divers jeûnes durant l’année, imposés par la religion (6 semaines avant Pâques, 2 semaines avant le 15 août, 40 jours avant Noël). Les plus pieux observaient même un jeûne le mercredi et le vendredi, toute l’année ! Et nous connaissons tous les bienfaits du jeûne sur nos organismes…

Vous aimerez aussi lire : la monodiète, ou détox

En dehors de l’alimentation, la mécanisation des travaux agricoles associée à des réseaux routiers encore inexistants amenait une activité physique intense au quotidien (des champs et de marche jusqu’au lieu de travail) très. Ce qui n’est pas sans conséquence sur l’espérance de vie.

Autant de facteurs non pris en compte lors de l’étude de Keys, qui ont leur importance dans une prise en charge globale de l’individu et des facteurs associés.

Pour finir, il faut noter qu’au moment de la création et de la connaissance du grand public de ce concept de régime méditerranéen, des mutations étaient en cours. On peut ainsi par exemple citer la modernisation de l’agriculture, qui a eu une influence importante sur les comportements alimentaires et le mode de vie. Mais c’est surtout l’apparition du tourisme de masse qui a fait radicalement accélérer les mutations de modes de vie dans leur globalité. Les crétois, comme les Grecs, n’ont pas échappé à la mondialisation des pratiques alimentaires, ni à l’industrie agroalimentaire

La mondialisation des pratiques alimentaires et l’industrie agroalimentaire démontent totalement le concept de régime crétois !

Les conséquences ont été, et le sont encore à ce jour, désastreuses. Elles démontent totalement le concept de régime crétois ! En effet, quelques années après sa création, les crétois ont adopté une alimentation différente : consommation plus importante de produits animaux (viandes, laitages), de graisses saturées, de sucres et de produits raffinés

Les problèmes de surpoids sont vite apparus. Aujourd’hui, l’île présente un taux spectaculaire d’obésité infantile. Le taux de cholestérol, ainsi que les maladies cardiovasculaires, ont ainsi bien augmenté…

Ce constat général nous amène à penser que le régime méditerranéen est plus une photographie d’habitudes alimentaires sur une courte période, dont les contours, fort importants, n’ont pas été pris en compte.

Que doit-on retenir sur le régime méditerranéen ? Quelques règles nutritionnelles du régime crétois

Outre le fait que ce régime est au final une construction théorique, nous pouvons tout de même en retenir ses bases qui semblent être diététiquement intéressantes. En voici les grandes règles nutritionnelles :

* Végétaux à volonté
Fruits et légumes à tous les repas, en bonne quantité, crus ou cuits. Les fruits secs et oléagineux sont aussi les bienvenus ! Varier les couleurs et toujours choisir des végétaux de saison. Riches en vitamine E et C,  sels minéraux, oligo-éléments, en fibres, ils régularisent la satiété et l’équilibre intestinal.

Vous aimerez aussi lire : l’alimentation crue

* Féculents et légumes secs
Ce sont les premières sources d’énergie de cette alimentation. De préférence complets, les féculents figurent à la plupart des repas. A consommer sans sucre raffiné.

* L’huile d’olive comme meilleure alliée
L’huile d’olive se consomme à toutes les sauces, en cuisson, seule ou accompagnée (d’huile de colza par exemple). Elle remplace le beurre et les autres matières grasses.

* Alternance entre les protéines animales et les protéines végétales
Des protéines pauvres en graisse. Privilégier les viandes blanches, la pintade, le poulet, la dinde, le lapin. En revanche, à bannir, ou à consommer en quantité très modérée, la viande rouge et la charcuterie.
Gros ou petits poissons, fruits de mer ou même algues, les produits de la mer sont consommés régulièrement, de même que les œufs de poules de plein air. On peut cependant suivre un régime méditerranéen végétarien.

* Des produits laitiers en quantité modérée
Les régions méditerranéennes ne sont pas des terres d’élevage. On y trouve quand même des troupeaux de brebis ou de chèvres. C’est pourquoi les laitages font partie de l’alimentation méditerranéenne, en quantité modérée, et plutôt sous forme de fromages frais et de yaourt.

* Les épices, les aromates, l’ail, l’oignon
L’ail diminue le taux de graisses dans le sang et exerce une action antiseptique.

* Un peu d’alcool au cours des repas
Le vin possède du tanin et protège contre les maladies cardiovasculaires. Naturellement consommé en petite dose (1 ou 2 verres de vin rouge à chaque repas), et dans la mesure du possible sans sulfite.

L’effet conjugué des graisses insaturées de l’huile d’olive et de l’huile de colza, des fibres des céréales complètes, des vitamines, minéraux et antioxydants des végétaux, constituent une excellente prévention contre l’excès de cholestérol et les maladies cardiovasculaires (hypertension, infarctus, AVC). Ces maladies coronariennes sont aujourd’hui le premier risque de mortalité dans le monde.

Conclusion

Nous avons pu voir que le régime méditerranéen s’est construit sur un mythe. Il n’a en effet pas pris en compte d’importants éléments de la vie générale des crétois et de l’hygiène de vie en général, qui sont l’inspiration même de ce régime devenu populaire.

Ce qui est donc intéressant de connaître à notre niveau, ce sont les bases de cette alimentation, tout en prenant en compte les aspects qui à l’époque ont été mis de côté.

Afin de tirer le meilleur de ce concept, je vous conseille par conséquent de suivre au plus près les règles nutritionnelles de cette alimentation qui se veut simple, usant de produits sains, non raffinés et de qualité. Tout cela en portant attention à avoir une activité physique régulière et à manger modérément.

Nous conclurons sur un point que nous n’avons pas abordé jusque-là et qui est fort important pour les méditerranéens. C’est le plaisir partagé ! La pyramide crétoise est composée à sa base par l’activité sportive ou culturelle, la danse, les repas partagés…

La convivialité, le plaisir de manger restent les mots d’ordre de ce régime.

Une bonne mastication dans le calme et la joie ne peuvent qu’engendrer une bonne digestion et par conséquent une excellente santé !

Découvrez aussi le régime Seignalet, une hygiène de vie alimentaire autour d’une bonne santé intestinale

INSCRIVEZ-VOUS A NOTRE NEWSLETTER

Marjorie Gobbini est l’auteur de cet article