Partager :

Par le Dr Marilor Gregorat, Médecin homéopathe, acupuncteur et énergétique intégrative

Dans ma dernière chronique,
je partageais avec vous 5 phrases qui aident à vivre mieux.
Dans la même idée,
je vous présente aujourd’hui Marc Vella,
un homme source de grande inspiration.

INSCRIVEZ-VOUS A NOTRE NEWSLETTER

Globe-trotteur insolite

Son parcours est inhabituel : conjurant philosophie et musique pendant ses études (avec talent dans les 2 cas), il « sort du cadre » il y a 30 ans lorsqu’il décide d’embarquer son piano à queue dans un bus et de parcourir le monde à la rencontre de ses frères humains.

A ce jour, il a ainsi voyagé dans une cinquantaine de pays (Europe, Asie, Afrique, Canada) et fait plus de 300 000 km avec son piano.

Il a voyagé seul pendant plusieurs années. Depuis 2004, il propose régulièrement de partager cette aventure : c’est la « caravane amoureuse », dont la prochaine destination sera le Sénégal.

Amoureuse, car l’idée est d’« envahir amoureusement » chaque pays visité afin de toucher du doigt l’humanité au-delà des cultures, des couleurs, des préjugés : «  explorer les profondeurs humaines et mettre à l’honneur par le film documentaire les femmes et les hommes qui s’engagent pour que notre monde aille vers davantage de paix, de solidarité et de conscience environnementale ».

Quand le piano donne une leçon de vie…

Il compose une musique originale en détournant le piano. Il joue autant avec le clavier que directement sur les cordes. Utilisant une barre métallique, une mailloche, une balle qui roule… il sort de son piano des sonorités uniques : les variacordes.

Lors de ses ateliers, il invite les participants à jouer à quatre mains (et plus…) avec lui. Même et surtout avec celles et ceux qui n’ont jamais approché un piano et qui pensent qu’ils n’y arriveront pas.

Il démontre par la pratique qu’une note n’est jamais « fausse » ; on peut toujours faire évoluer l’accord dissonant vers un son harmonieux où la note intruse trouve sa place. Et une note jouée seule est toujours parfaite lorsqu’elle vient du cœur…
Il s’ensuit de fabuleux moments d’émotions pour les pianistes, comme pour les spectateurs. Car chacun de nous est une note sur la partition de la Vie.

Il propose également cette découverte dans des entreprises, en milieu carcéral, scolaire, universitaire et hospitalier, dans le monde du handicap et du quatrième âge.

Il a par ailleurs créé des lieux pour expérimenter et approfondir cette approche de façon régulière : « l’école de la fausse note », parrainée par Pierre Richard, dont le siège est en Suisse et qui a deux antennes en France (près de Lyon et d’Angoulême).

Et il écrit… Il a à son actif plusieurs livres dont « Éloge de la fausse note » et le plus récent « La clé d’Être », où il aborde l’idée d’apprendre à « s’accorder » à l’autre, à la découverte de la Joie qui est (devrait être) le sens de toute vie.

Philosophe et amoureux de l’humain

Il développe dans ses livres, ses stages et ses conférences, l’idée que les fausses notes de la vie, nos maladresses comme nos déboires, sont autant d’opportunités de « reprendre la main », de restaurer l’harmonie en osant des ajustements, des improvisations libres autour de la note jugée « fausse » dans une première appréciation.

Être le compositeur et improvisateur plutôt que l’exécutant…

Convaincu d’une transcendance nécessaire à l’expression du meilleur de l’humain, tout ce qu’il partage contribue à reprendre confiance en la vie, à sortir de la victimisation paralysante, sans culpabiliser de s’y être laissé piéger.

Ses pages sont empreintes de bienveillance et d’humilité et aident le lecteur à se sentir « meilleur ».

Un homme en cohérence

J’ai eu la chance de le rencontrer lors d’un concert-conférence. J’ai été happée par son regard lumineux et aimant, sa proximité (il tutoie d’emblée tous ses interlocuteurs, avec énormément de respect), sa chaleur humaine. Il incarne ce dont il parle, le vibre.

Si vous voulez en savoir plus sur ce qu’il propose, je vous invite à visiter son site : www.marcvella.com.

INSCRIVEZ-VOUS A NOTRE NEWSLETTER

Le Dr Marilor Gregorat
est l’auteure de cette chronique