Partager :

Par le Dr Paul DUPONT – Dermatologue, ancien Chef de Clinique d’endocrinologie et nutrition, ancien attaché des hôpitaux en dermatologie

INSCRIVEZ-VOUS A NOTRE NEWSLETTER

La thyroïde

Prévenir les problèmes thyroïdiens

Il y a aujourd’hui de plus en plus de problèmes de thyroïde. On ne compte plus le nombre de personnes qui sont sous extraits thyroïdiens. Pourquoi cela, alors qu’autrefois on n’en parlait pas ? Et que peut-on faire pour prévenir les problèmes de thyroïde ?

La thyroïde est l’une des glandes endocrines majeures, car elle contrôle le métabolisme et nous adapte au stress sur le long terme. La thyroïde est donc sensible au mode de vie actuel et aussi à la pollution.

Thyroïdite et nodules

Les pathologies les plus fréquentes rencontrées sont l’hypothyroïdie (de plus en plus souvent causés par une thyroïdite avec auto-anticorps), l’apparition de nodules et de kystes, et plus rarement l’hyperthyroïdie.

L’hypothyroïdie se caractérise par les signes suivants : frilosité, difficulté à se concentrer, besoin de dormir, peau sèche, constipation, mauvaise adaptation au stress. Elle est le plus souvent liée a une carence en iode.

La thyroïdite auto-immune se caractérise par un excès d’auto-anticorps développés contre la glande. Elle est secondaire à la pollution de la thyroïde par des produits toxiques (les phytosanitaires) ou des métaux lourds (notamment le fluor). Mais la cause la plus fréquente des thyroïdites, c’est l’iodure de potassium. On retrouve cet iode non organique dans le sel iodé et dans de très nombreux compléments alimentaires. Or, de plus en plus d’études dans le monde établissent le lien entre ce produit iodé synthétique et l’apparition de thyroïdite. Il perturbe en effet la synthèse des hormones thyroïdienne et induit la production d’anticorps qui peu à peu vont détruire la glande. Par exemple, au Danemark, on s’est aperçu qu’il existait un lien proportionnel entre la supplémentation du sel en iodure de potassium et le nombre de thyroïdites dans différents pays ; certains sont même allés jusqu’à suspecter cet iodure de potassium de provoquer le cancer papillaire de la thyroïde.

Quant aux nodules thyroïdiens, ils sont généralement liés à des carences en iode. Lorsque la carence touche plusieurs générations d’une même famille, cela entraîne une augmentation des récepteurs de la TSH sur la thyroïde. Ces personnes sont alors plus sujettes à l’apparition de nodules.

Il peut enfin exister d’autres causes au dérèglement de la thyroïde. C’est surtout le mode de vie actuel, la vie stressante, la tendance à avoir peur et à s’inquiéter, les chocs émotionnels qui peuvent rapidement dérégler la thyroïde, et cela surtout si l’on manque d’iode.

RECEVEZ GRATUITEMENT LA REVUE

Le rôle de l’iode naturel

La cause principale des troubles de la thyroïde est donc la carence en iode. Elle concerne l’ensemble de la population mondiale et en particulier les personnes qui vivent à plus de 10 km des bords des océans. Les végétariens sont également plus touchés par cette carence. Lorsque la thyroïde manque d’iode, une hormone de l’hypophyse, la TSH, augmente, et cela peut alors favoriser l’apparition de nodules et de kystes.

L’iode est véhiculé dans les tissus par les hormones de la thyroïde. Il est indispensable à la vie.  Même les personnes qui prennent un traitement substitutif doivent également se supplémenter en iode naturel. L’iode sert en effet à tous les tissus de l’organisme, notamment du système nerveux.

D’ailleurs, quand bien-même on prend des hormones (sauf si bien sûr la thyroïde a été enlevée), la dose efficace est très variable et il est rare que la thyroïde soit totalement au repos : ainsi le fait d’apporter de l’iode d’origine naturelle permet d’éviter le surdosage en hormones substitutives de synthèse.

Le mieux est donc de consommer de l’iode contenu dans des produits naturels tels que les algues. A la condition que la quantité d’iode dans ces algues ne dépasse pas les valeurs quotidiennes recommandées qui sont de 150 microgramme. C’est seulement cet iode organique que l’on trouve dans les produits naturels qui est utilisable par la thyroïde.

Les autres oligo-éléments et antioxydants utiles pour la thyroïde

D’autres oligo-éléments interviennent aussi dans la thyroïde, notamment le manganèse, le zinc et le sélénium. Le sélénium permet la transformation périphérique de la forme inactive des hormones thyroïdiennes (T4) en forme active (T3 libre). Autrement dit, il permet de libérer l’iode dans les tissus qui en ont besoin pour leur métabolisme. Le zinc limite les auto-anticorps lors des thyroïdites, contrairement au cuivre qui peut les augmenter. Enfin, le manganèse favorise l’incorporation de l’iode au sein de la thyroïde.

L’ensemble des antioxydants est également utile à la thyroïde. Ils protègent l’iode de l’oxydation. On peut citer par exemple l’intérêt de l’huile de krill NKO qui est certainement le plus puissant antioxydant connu et qui a pour effet également de réguler la sécrétion hormonale de la TSH par l’hypophyse.

INSCRIVEZ-VOUS A NOTRE NEWSLETTER

Le Dr Paul DUPONT
est l’auteur de cette chronique

Dermatologue,
ancien Chef de Clinique d’endocrinologie et nutrition,
ancien attaché des hôpitaux en dermatologie.