Partager :

Par Marjorie Gobbini

Quelle est l’incidence de l’hiver sur notre organisme,
et plus précisément sur la sphère ORL ?
Que faire dans notre hygiène de vie et dans notre alimentation
pour prévenir les maux ORL durant cette saison ?

INSCRIVEZ-VOUS A NOTRE NEWSLETTER

Alimentation et sphère ORL

Rhume, bronchite, angine, ryno-pharyngite… L’hiver approche avec son cortège de maladies !

Il est vrai que lorsqu’arrive le froid, nous sommes nombreux à contracter des maladies attaquant spécifiquement la sphère ORL. On peut se demander pourquoi précisément cette zone ? Et que peut-on faire pour les éviter ? Nous verrons qu’encore une fois, l’alimentation est un excellent moyen de lutter contre ses fléaux hivernaux !

(Re)lisez notre précédent article : Préparer son corps à l’hiver

L’hiver, période propice aux infections et aux virus

Le froid représente une forme de stress pour notre organisme, ralentissant ainsi le métabolisme, et plus précisément les échanges cellulaires.

Nous éprouvons une baisse d’énergie qui va avoir une incidence sur nos réserves en vitamines et oligo-éléments, provoquant des radicaux libres. Ceci représente donc une porte ouverte à l’introduction d’agents pathogènes qui, selon nos constitutions, va représenter un travail important de la part de notre organisme pour neutraliser et évacuer ces microbes.

La maladie est fonction de deux facteurs principaux : la force de l’agent infectieux d’une part, la capacité de l’organisme à lutter contre celui-ci d’autre part.

Cependant, nous sommes toutes et tous différent(e)s face à la maladie. Nous ne sommes en effet pas dans des dispositions, notamment génétiques et épigénétiques, similaires. Par conséquent, notre système immunitaire n’est pas le même que notre voisin, tout autant que notre foie, notre microbiote, etc…

Pourquoi les maladies de l’hiver sont-elles ciblées sur la sphère ORL ?

Comme nous venons de le voir, nous ne sommes pas constitué(e)s de la même manière. Alors pourquoi toutes les maladies hivernales s’attaquent à la sphère ORL ?

Tout simplement car le foie, qui a pour fonction d’éliminer les déchets de notre corps par le biais de la filtration du sang, se trouve débordé de travail à cette saison. C’est pourquoi ce rôle va alors être donné aux poumons !

RECEVEZ GRATUITEMENT LA REVUE

Que faire dans notre hygiène de vie pour se prémunir face à ces agressions hivernales ?

Il semblerait que l’alimentation ait une part bien importante de responsabilité dans les maladies de la sphère ORL. Elle est même considérée comme l’une des causes principales de la répétition des infections ORL de l’hiver.

Cependant, et avant de parler d’alimentation, il est important de prêter attention à quelques points d’hygiène de vie dans votre quotidien :

  • boire beaucoup afin de draîner le corps, en privilégiant des tisanes dites drainantes (telles que le chardon-marie, le romarin, pissenlit, la chicorée aussi),
  • avoir une activité physique régulière, ce qui va aussi aider à activer le métabolisme,
  • dormir au maximum de vos besoins, l’hiver est aussi fait pour cela,
  • si vous le pouvez, faites régulièrement une cure de jus de fruits et/ou légumes frais, voire une monodiète,
  • un apport en vitamine D est important en cette période où le soleil manque,
  • n’hésitez pas à soutenir votre immunité en prenant de la vitamine C (tel que l’extrait de pépins de pamplemousse),
  • ou encore en consommant des produits de la ruche.

Et l’alimentation dans tout ça, quels aliments éviter ou diminuer ?

Côté nutrition, quelques familles d’aliments sont à éviter ou à diminuer : les produits laitiers animaux, les céréales, les sucres, les produits industriels et transformés, les produits gras saturés, les aliments acidifiants.

* Les produits laitiers animaux : ils ont pour effet de provoquer des mucosités (surtout les laitages de vache :beurre, fromage, crème, yaourt, …),

* Les céréales qui, elles aussi, surtout sous leur forme raffinées, provoquent des mucosités qui vont se cumuler dans la sphère ORL (plus précisément, les céréales contenant du gluten),

* Les sucres, les produits industriels et transformés : ils participent à l’inflammation de la sphère ORL car trop acidifiants, déminéralisants et irritants,

* Les produits gras saturés qui vont bloquer les échanges cellulaires comme les charcuteries, les huiles raffinées, le fromage, le beurre, …,

* Les aliments acidifiants, il vont acidifer votre terrain, et par-delà favoriser l’inflammation : tous les ingrédients raffinés, agrumes, vinaigre, viande rouge, thé, sucre, café, …

Vous aimerez aussi lire : L’alimentation ayurvédique en hiver

Que doit-on alors privilégier dans notre alimentation ?

* Faites la part belle aux aliments qui vont aider votre foie à éliminer les déchets du corps :

  • tous les crucifères (famille des choux), gorgés de souffre,
  • famille des alliacés tels qu’ail, oignons, poireaux, …,
  • radis noir, artichaut, …

* Les aliments riches en fer, substance qui permet le transport de l’oxygène et qui, par conséquent, va permettre de produire de l’énergie : les lentilles, le riz (plutôt demi-complet), les oléagineux, le jaune d’œuf, le persil, …

* Les aliments riches en cuivre pour leur atout anti-infections : cacao, céréales, oléagineux, crustacés, …

* Les épices et aromates qui vont stimuler votre appétit ainsi que votre système digestif,

* Les aliments dits alcalins, c’est-à-dire neutres. Usez largement de fruits et légumes, oléagineux, huiles végétales, poissons riches en oméga 3 (les poisons dits “bleus” tels que les sardines, maquereaux, les harengs, …),

* Si l’envie de sucre se fait sentir, misez sur les sucres bruts et naturels comme le miel, le sirop d’agave, …

Conclusion

Si vous respectez tout cela, n’oubliez pas non plus de respecter les cuissons de vos aliments. Ce serait dommage de perdre les vitamines et minéraux dont vous avez largement besoin en cette période ! Mangez cru dés que cela vous est possible, sinon plutôt à la vapeur ou à l’étouffée.

Et bien entendu, prenez le temps, mastiquez. Prenez plaisir à manger !

INSCRIVEZ-VOUS A NOTRE NEWSLETTER

Marjorie Gobbini est l’auteur de cet article