Partager :

Par Stéphanie Grosieux

Découvrez de quelles façons nous pouvons accompagner les enfants sur leur chemin de vie, en pleine conscience,
en leur permettant de prendre soin d’eux sur tous les plans de l’Être, en accord avec leur source profonde,
afin de leur permettre de s’épanouir et se réaliser pleinement en toute autonomie.

INSCRIVEZ-VOUS A NOTRE NEWSLETTER

Accompagner les enfants sur leur chemin de vie

Dans son précédent article sur se préparer à être parents en conscience, Stéphanie Grosieux nous a montré pourquoi et comment il était important de prendre soin de soi pour se préparer à être parent.

Nous allons à présent découvrir de quelles façons nous pouvons accompagner les enfants sur leur chemin de vie afin de leur permettre de s’épanouir et se réaliser pleinement.

« L’enfance trouve son paradis dans l’instant. Elle ne demande pas du bonheur. Elle est le bonheur. » – Louis Pauwels

L’objectif ici est d’apprendre à votre enfant à prendre soin de lui sur tous les plans en prenant conscience de tout ce qui le compose. C’est donc lui permettre d’accéder à son bonheur intérieur en toute autonomie.

Pour ce faire, la métaphore du carrosse ci-dessous pourra vous guider afin de l’accompagner sur ce chemin de façon ludique.

carrosse

Cette image décrit chacun de nous.

Le carrosse, notre corps physique

Nous avons un corps physique qui nous permet de nous mouvoir et d’avancer sur notre chemin de vie. Nous nous devons d’en prendre soin en étant à son écoute pour être sûr que rien ne déraille, en passant régulièrement le contrôle technique, en évitant de le surcharger, en le nettoyant régulièrement, … S’il est défectueux, cela aura un impact sur nos autres personnages, et particulièrement sur nos chevaux, qui fatigueront alors peut-être davantage si tel est le cas.

Chacun de nous arrive sur Terre dans un carrosse différent. Certains conduiront une mini, d’autres un 4*4… Cela représente notre morphotype. Celui-ci peut nous donner des indications quant à l’hygiène de vie la plus adaptée, afin de garder la santé.

morphotype

Retenons simplement que les personnes « rétractées », dites neuro-arthritiques, auront tendance à la nervosité et l’acidification, et devront donc particulièrement prendre soin de leurs reins (qui éliminent les acides) et leur système nerveux. Les personnes « dilatées », dites sanguino-pléthoriques, auront tendance à solliciter exagérément leur système cardio-digestif, et devront par conséquent veiller à la santé de celui-ci et leurs émonctoires (organes d’élimination) foie et intestins.

Notre carrosse a bien évidemment des roues pour pouvoir avancer, et celles-ci ont des amortisseurs. Ceux-ci permettent à notre carrosse d’être plus ou moins impacté par les éventuels nids de poules ou routes accidentées. Les amortisseurs représentent notre hérédité, notre génétique, mais également nos facultés à traverser les épreuves de la vie. Un enfant dont les deux parents ont des difficultés psycho-émotionnelles aura probablement des amortisseurs un peu rigides… Ici, les parents, et mieux, les futurs parents, ont donc tout intérêt à travailler sur leur propre hygiène de vie, leur équilibre psycho-émotionnel, leur bien-être personnel, afin d’apporter à leur futur enfant de bons amortisseurs !

La route, notre vie et ses évènements

Cette route, ce chemin, représente notre vie et ses événements, qu’ils soient « positifs » ou « négatifs », agréables ou désagréables. Nous ne pouvons pas changer ce chemin, les événements. Par contre, nous pouvons adapter notre conduite pour éviter les chocs… Grâce notamment à notre façon d’envisager les épreuves, à notre vision de la vie, à son sens. En apprenant à prendre du recul, à lâcher prise. Apprendre aux enfants à « prendre de la hauteur » sur les différents évènements de la vie leur permettra progressivement d’adapter leur conduite.

Le premier cheval, notre énergie

Sans chevaux, notre carrosse ne pourrait pas avancer, il resterait immobile. Le premier cheval représente notre vitalité, notre force vitale ou énergie. Sans elle, nous serions inertes, sans vie… Cette énergie représente également les capacités d’auto-guérison de notre corps, notre immunité, en d’autres termes notre énergie de vie. Nous avons plusieurs outils pour en prendre soin : une alimentation « vivante », un bon sommeil récupérateur, les exercices physiques doux (type yoga, marche, natation), les éléments naturels (soleil, eau, terre, nature…), les massages, la respiration, les soins énergétiques. En d’autres termes, une hygiène de vie en accord avec la nature et ses rythmes, permettra à votre enfant de grandir et d’évoluer avec le plein de vitalité.

RECEVEZ GRATUITEMENT LA REVUE

Le deuxième cheval, nos passions et talents

Le deuxième cheval représente, quant à lui, nos passions, nos désirs, mais également nos talents… Sans lui, il serait également difficile d’avancer sur notre chemin de vie. Nous nous devons donc de le nourrir et d’en prendre soin, autant que notre cheval Vitalité. Le fait d’avoir des passions nous apporte du plaisir… Sans plaisir, la vie est sans saveurs, elle manque d’intérêt. Pour les retrouver lorsque nous les avons perdues, il suffit de nous demander ce qui nous animait, ce que l’on aimait faire, ce que l’on rêvait d’être, lorsque nous étions enfant… Nous pourrions aussi parler de ressources. Ainsi, permettre à votre enfant de s’adonner à ses passions, de développer toutes ses facultés et talents personnels, lui permettra de s’épanouir pleinement et d’avancer avec plaisir sur son chemin de vie.

Les panneaux de signalisation, nos valeurs personnelles

Nous ne les voyons pas sur ce dessin, mais notre cocher, afin de ne pas se perdre, doit suivre des balises de signalisation, représentant nos valeurs. Celles-ci doivent faire partie de chacune des décisions que l’on prend, dans chaque domaine de notre vie, si l’on souhaite être heureux, épanoui, en accord avec nous-même. Chacun de nous a ses propres valeurs personnelles, indépendantes de notre éducation, de notre famille, de la société et de notre époque. Il est donc important de respecter les valeurs propres à votre enfant, quand bien même elles seraient à l’opposé des vôtres…

Le cocher, notre cerveau gauche ou cerveau analytique

Si nos chevaux n’avaient pas de cocher pour les mener, nous pourrions aller droit dans un ravin, ou bien nous perdre… Celui-ci a donc toute son importance. Cependant, retenons que ce n’est pas lui qui a décidé de faire le voyage, mais bien ses passagers (dont nous parlerons après). Il doit donc être en mesure d’entendre les demandes provenant de l’intérieur du carrosse. Malheureusement, il peut rencontrer quelques difficultés. En effet, il est extrêmement bavard, fait de longs monologues, et est à moitié sourd… Il parle une langue bien particulière, le mental, qui ne se parle que dans le passé et dans le futur ! Or, nous verrons ensuite que la langue de notre passager principal ne se parle qu’au présent…

Les jeunes enfants vivent encore le moment présent, ils sont bien moins guidés par leur cocher que leurs parents ! Ils sont ici nos meilleurs enseignants à ce sujet. Nous pouvons donc les aider en leur permettant de rester dans cette pleine conscience du moment présent, en vivant pleinement, intensément et consciemment, chacun des instants de la vie. Au besoin, des pratiques telles que la méditation, le yoga ou la sophrologie pourront aider en ce sens.

La météo, nos émotions

Notre cocher peut, en plus, être souvent perturbé par une météo capricieuse : des nuages, du brouillard, de la pluie, de l’orage… Celle-ci représente nos différentes émotions « négatives », ou disons plutôt inconfortables. Nous savons bien sûr que les nuages, la pluie, toutes les perturbations météorologiques, sont éphémères, parfois fugaces. Elles ne durent pas. Tout comme nos émotions… Par contre, le soleil est toujours présent, même s’il est caché par les nuages, il ne disparaît pas ! Et c’est lui que nous devons toujours suivre. C’est en quelque sorte notre joie, notre bonheur, les sentiments « élevés » comme la gratitude, la bienveillance, l’espoir, etc… 

Les enfants peuvent avoir des difficultés à gérer leurs émotions, leur cerveau « d’en haut » n’étant pas encore mature. Ils sont par conséquent bien souvent totalement submergés par celles-ci. Pour les aider, il est bien entendu indispensable d’apprendre en tout premier lieu à gérer les vôtres et d’acquérir une maturité émotionnelle, afin d’avoir les ressources pour les guider dans la reconnaissance et la gestion de leurs propres émotions.

realisation-de-l-enfant

Le passager principal, notre cœur

À l’intérieur de notre carrosse se trouve notre passager principal, celui qui a décidé de faire ce voyage… Il représente notre âme, notre cœur, notre être véritable, notre conscience ; nous pouvons l’appeler comme bon nous semble. La langue de celui-ci est l’amour. Contrairement à la langue de notre cocher, la langue de notre passager principal ne se parle qu’au présent… La communication semble donc compromise… Notre passager principal connaît sa destination, mais apprécie finalement bien plus de pouvoir profiter du paysage, du voyage, donc du présent, que l’anticipation de sa destination… Le but ici est donc encore une fois d’être en pleine conscience du présent. Pour « rendre l’ordinaire extraordinaire »… Les jeunes enfants étant, comme nous l’avons évoqué plus haut, très peu guidés par leur cerveau analytique, ils sont bien plus en lien avec leur cœur que nous ne pouvons l’être, via le personnage qui suit…

La magicienne, notre intuition ou cerveau droit

Afin de pouvoir se faire entendre et se comprendre par notre cocher, notre passager s’est fait accompagner d’une magicienne, nommée l’intuition. Cette dernière comprend et parle autant l’amour que le mental… Elle peut donc transmettre les messages de notre cœur à notre cocher. Elle peut se servir des sensations corporelles (papillons dans le ventre, par exemple), des rêves, des inspirations, des synchronicités, … Il est donc fort utile de prendre conscience de nos sensations physiques dans le présent, et d’apprendre à être en pleine conscience de nos pensées, idées et intuitions, afin de percevoir les guidances de notre âme.

Les enfants perçoivent encore les messages de leur guide intérieur, mais n’en ont pas conscience si nous ne leur apprenons pas ! La meilleure façon de les accompagner en ce sens est tout simplement de prendre soi-même conscience que nous sommes bien plus qu’un corps guidé par un cerveau. Nous sommes une conscience faisant l’expérience de la vie physique… Nous leur permettons ainsi de rester en lien avec leur être véritable. Et par conséquent, de se réaliser.

Vous aimerez aussi lire : La métaphore du carrosse

Les animaux sauvages, nos blessures

Enfin, notre passager principal, pour agrémenter son voyage, a décidé d’être accompagné de petits animaux sauvages… Ce sont les blessures. Ceci dans le but d’apprendre à les apprivoiser, les aimer, pour peut-être enfin, les libérer. Elles peuvent être au nombre de 5 : abandon, rejet, trahison, injustice, humiliation. Celles-ci, en cas de choc du carrosse, par exemple à cause d’un nid de poule (événements désagréables), ont tendance à gonfler, devenir énormes, s’agiter dans le carrosse, et perturbent ainsi d’avantage la communication entre notre cocher et la magicienne… Le cocher prend alors les rennes et n’en fait qu’à sa tête, au risque de se perdre… Le mental, tout ce dont il veut se réapproprier et tout ce qu’il nous raconte, prend donc le dessus sur notre cœur, générant émotions inconfortables et souffrances.

Ces blessures sont des blessures de l’enfance mal gérées, non guéries, en lien avec le transgénérationnel (nos parents, mais aussi nos ancêtres plus lointains ; notre karma, notre avant-conception et grossesse, notre cycle mémorisé de notre vie actuelle par notre enfance), ayant engendré la mise en place de stratagèmes, de modes de fonctionnement, de croyances, insufflés par l’ego pour nous éviter de souffrir. En d’autres termes, lorsque ces blessures sont réactivées, le cocher reprend le contrôle, nous coupant alors de notre cœur.

Pour éviter, ou limiter cela chez votre enfant, la première étape sera de nouveau de guérir vos propres blessures. Vous serez alors parfaitement conscient des jeux de l’ego qui se mettent en place, vous pourrez les voir et ne pas vous identifier à ceux-ci, en vous permettant de poser une direction, une intention. Vous serez en mesure d’aider votre enfant à les observer et à ne pas se laisser mener par ceux-ci.

Pour accompagner votre enfant en pleine conscience sur son chemin de vie, il est donc important de lui apprendre à prendre soin de lui sur le plan physique, psycho-émotionnel, énergétique, … Il est important de lui permettre de rester en lien avec son guide intérieur et ses aspirations afin de s’accomplir et s’épanouir, en accord avec sa nature profonde.

INSCRIVEZ-VOUS A NOTRE NEWSLETTER

Stéphanie Grosieux est l’auteur de cet article

naturopathe-montpellier-stephanie-grosieux-visage

stephaniegrosieux.com